Comment retrouver sa mère ?

  L'enfant, à 18 ans, peut venir chercher son dossier, archivé à la DSD c'est à dire à la direction générale ( adjointe au conseil général ) solidarité départementale, et plus précisément à la mission adoption de l'ASE ( Aide Sociale à l'Enfance ).

Il peut retirer ce dossier étant mineur s'il est accompagné de ses tuteurs ou de ses parents adoptifs.

Après avoir pris connaissances des informations laissées ou non par sa mère biologique et celles réécrites par les assistantes sociales, l'enfant peut vouloir chercher à retrouver sa mère.

Il doit alors s'adresser au CNAOP ( Conseil Nationale d'Accès aux Origines Personnelles ). Il formule sur écrit sa demande auprès du secrétariat général au 8, avenue de Ségur, 75350 à Paris .

Cet organisme va alors par la suite essayer de retrouver sa mère biologique à l'aide des information écrites dans le dossier par l'ASE, du bordereau d'admission de l'hôpital, s'aide également du registre d'état civils, fichiers de la sécurité sociale, essaie de retrouver les infirmières, les sages femmes, les assistantes sociales qui auraient eu contact avec cette femme .

S'ils la retrouvent, ils lui téléphoneront pour lui transmettre la demande, de la part de son enfant, de connaître son identité, voire même de la rencontrer, de la contacter, etc...

Si la mère refuse, le CNAOP transmet ce refus et l'enfant n'a alors plus aucun moyen de connaître qui est sa mère biologique. A l'inverse, si la mère accepte, le CNAOP la met en relation et peut les préparer, les aider à une éventuelle rencontre.

Mais l'enfant peut également s'adresser à d'autres organismes non-gouvernementaux pour retrouver de ses propres moyens sa mère biologique : l'ADONX ( Association pour le Droit aux Origines des enfants Nés sous X ), ou encore au CADCO ( Coordination des Actions pour le Droit à la Connaissance de ses Origines ) .

 

Il existe d'autres manières de rechercher l'identité de sa mère, notamment celle de qui consiste à intenter un procès à l'Etat Français contre l'exception française : le droit à la naissance sous X.

L'affaire Pascale Odièvre : le droit français à l'épreuve de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH)

Non pas née d'une mère ayant accouché sous X, mais abandonnée avec secret sur ses origines au cours de sa première année, Mme Pascale Odièvre a saisi la Cour européenne des droits de l'homme pour violation par la France de l'article 8 de la convention dont ses juges ont la garde, article qui pose le droit au respect de la vie privée et familiale :

« Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.

« Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui ».

Le rapporteur, qui ne saurait en aucun cas présumer de la position des juges internationaux, formule néanmoins deux observations :

En premier lieu, l'affaire soulevée par Mme Odièvre n'est pas exactement assimilable à la question de l'accouchement sous X. En effet, la loi autorise des parents à abandonner leur enfant en demandant le secret de son état civil jusqu'à la fin de la première année de l'enfant. Cette procédure, contestée, est en principe abrogée par le présent projet de loi. Or c'est de cette situation que ressort Mme Odièvre.

En second lieu, le rapporteur s'interroge sur le sens à donner au respect de la vie privée. Un tel principe n'a-t-il pas pour objet de protéger tant la vie de l'enfant que la vie privée de la mère ayant choisi le secret ?

En une telle matière, l'exemple international montre les limites auxquelles se heurte le droit. C'est pourquoi la position médiane adoptée par le texte est la plus satisfaisante : faciliter la rencontre des volontés mais ne rien imposer.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site